Océans et frontières

, le

La mer, les océans et la Terre. Que pouvons nous en dire ?

Les mers, les eaux sont omniprésentes sur Terre

Un seul chiffre, 71. C’est le pourcentage qui correspond à la surface qu’occupent les eaux à la surface de la Terre. Cela peut paraître important, mais il faut rappeler que les océans atlantique, indien et pacifique occupent une part très importante sur le globe.

Des frontières cachées

Dans les mers, il y a aussi des frontières. Il est vrai que l’on y pense pas forcément mais elles sont bien souvent sources de disputes entre états, voire même de conflit. En fonction de la richesse des fonds marins, les états ont souvent tendance à s’approprier des petites îles. Cela leur permet d’étendre leur influence et leur Zone Économique Exclusives.

Et les ressources naturelles, qu’en fait-on ?

Les sous-sols marins sont particulièrement riches en hydrocarbure ou minerai. Concernant la pêche industrielle et l’exploitation des hydrocarbures en offshore, la réglementation a beaucoup changé. Le changement et la signature des accords de Montego Bay en 1982 ont abouti à la convention sur les droits de la mer.

Et les frontières naturelles ?

Les délimitations maritimes prennent en compte la ligne des eaux les plus basses. Dans les baies, les rades ou les ports, la souveraineté des états est absolue. Au-delà de 12 miles nautiques, on y trouve les eaux territoriales, la souveraineté totale des états sous les fonds marins y compris. Douze miles plus loin, on y trouve la zone contiguë ou l’état en question y vérifie l’application de sa législation. Cela fait partie de ses prérogatives. Vient ensuite la Zone Économique Exclusive qui est à 200 miles nautiques depuis les côtes.

1609, une année particulière ?

En 1609, est énoncé le principe de liberté de navigation. Les états ne contrôlent que les baies, détroits, ou les zones côtières. Bien souvent, les règles de la navigation sont sujettes à beaucoup d’impondérables et d’interprétations. A noter que la France détient la deuxième Zone Économique Exclusive du monde.

Focus sur une technique particulière…  le cabotage :

Longtemps utilisé par comme un moyen simple de transporter les biens ou les personnes, le
cabotage demeure le savoir-faire maritime par excellence pour le transport sur courte distance.

Que dire de plus ?

La nature même de ce type de transport nécessite qu’il évite la pleine mer, et, qu’il longe les côtes lors d’un transport. Ainsi, la plupart du temps un navire caboteur se déplace de port en port, le plus souvent très rapprochés les uns des autres. Pour cela, il utilise des repères facilement identifiables le long des côtes, qui sont utilisés comme « carte » de navigation.

De ce fait, le caboteur se distingue d’un navire de bornage, qui lui se destine à parcourir des distances intermédiaires et se différencie d’un navire au long court qui, lui, comme son nom l’indique, traverse les mers et les océans sur de grandes distances.

Partager l'articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn