Singapour

, le

Singapour, la ville du futur. M2R Maritime vous explique pourquoi.

Un ville très tournée vers l’écologie

La Cité-Etat de Singapour a pris pour engagement de construire des parcs sur 10% de son territoire. On peut y trouver des arbres acier sur lesquels sont mis toutes sortes d’arbres et de plantes du monde. La ville y a établi la construction de ces structures pour avoir de grands édifices végétaux. On y dénombre près de 400.000 plants de végétation du monde entier. Des panneaux solaires permettent au parc d’être autonome en énergie.

Singapour, la Cité-Etat de l’innovation

Singapour a la volonté d’être toujours devant et d’innover en permanence. Cette ville d’Asie se veut comme la ville de la modernité et de la créativité. Les investissements récents de Singapour attirent énormément de touristes chaque année : 15 millions ces dernières années.

Vivre à Singapour et y habiter

Singapour a la particularité d’être une des capitales d’Asie les plus dynamiques. Sa réputation est que l’on peut y faire du business très facilement. Y partir pour y vivre est vu comme un vrai challenge. La culture y est à la fois différente de celle d’Europe mais assez bien occidentalisée. On y retrouve les grandes marques comerciales de l’occident. Il en devient alors sûrement plus facile pour un occidental de s’y inserer que dans un autre pays d’Asie.

A noter que le coût de la vie est assez élevé, mais le train de vie y est agréable. Le climat de Singapour n’a qu’une seule saison toute l’année, il y fait assez chaud, est ensoleillé.

La sécurité : la marque de Singapour

On ne pouvait pas écrire cet article sans préciser que la sécurité à Singapour fait partie d’une de ses marques de fabrique. On peut dire même que la sécurité résume assez bien la politique Singapourienne. L’objectif étant d’être la plus attractif possible dans l’Asie du Sud-Est et aussi dans la monde, les nouveaux venus doivent se sentir parfaitement à l’aise dans ce nouvel univers. La sécurité y est pour beaucoup. La population étrangère étant plutôt haut de gamme, elle vient à Singapour pour y faire du business, elle doit donc être choyée.

La vidéosurveillance et la police sont omniprésentes. Cette dernière a la réputation d’être très efficace et de bien protéger les habitants de la principauté. On considère d’ailleurs que la sécurité est bien plus importante à Singapour que dans les capitales européennes.

Sortir à Singapour pour y faire la fête

Pour une ambiance afterwork entre collègues, vous devriez privilégier plutôt China Town. Très utile pour décompresser après le travail et profiter de la ville. Pour une ambiance festive les touristes et habitants de Singapour se dirigeront vers Clarke Quay. C’est le lieu principal des bars, restaurants et pubs ! Pour avoir une vue de Singapour la nuit nous vous recommandons le Ku Dé Ta à la marina Bay Sands !

Un atout géographique certain

Le port de Singapour est le deuxième au niveau mondial, pour le volume de marchandises qui y transite. Sa position géographique est déterminante dans sa réussite économique. Il est situé au bout de la péninsule de Malaisie, dans le détroit de Malacca, entre l’Indonésie et la Malaisie. On estime que 200 navires transitent chaque jour dans le détroit de Malacca. Il entre au palmarès des détroits les plus fréquentés au monde.

Il est un lien direct avec le Moyen-Orient et ses réserves immenses de pétrole. L’Asie étant le premier consommateur d’hydrocarbure, le rôle de Singapour devient clair : être le maillon entre producteur et consommateur.

Du fait de son accroissement économique, le territoire de Singapour s’est tout naturellement  étendu. Il passe ainsi de 580 kilomètres carrés à la fin des années 50, à environ 720 kilomètres carrés dans les années 2015, soit une augmentation de quasiment 25% en un demi-siècle !

Les techniques pratiquées par les polders ont été utilisées. La plupart des projets de construction sont bâtis sur une terre artificielle.

Sa densité démographique est telle que l’accroissement de son territoire est absolument vital.

La population est d’origine asiatique : chinoise au trois quart, puis malaise et indienne, elle compose une société multiculturelle.

Les langues officielles sont l’anglais, le chinois, le malais et le tamoul.

Un port est fondé au XIIIe siècle, il est d’une grande importance puisqu’il se situe sur la route des épices, provenant d’Asie vers l’Europe.

Les anglais lui redonnent de l’importance au XIXe siècle, en font un centre névralgique de la flotte commerciale et militaire anglaise. Port sans taxe.

Après la fin de la construction du canal de Suez à la fin des années 1860, le détroit de Malacca et donc Singapour, devient le point de passage inévitable du commerce maritime mondial.

Son intérêt commercial et maritime agrandit l’attractivité de la cité portuaire et la main d’œuvre du monde asiatique afflue pour répondre à l’offre de travail.

La population est multipliée par 100 environ, du début du XIXème au début du XX !

Il est devenu le rêve asiatique qui, pour certains, a pris la place du rêve américain.

Vitrine du XXIème siècle et de sa frénésie de développement économique et technologique, avec ses 6% de croissance les dix dernières années, et sa richesse par habitant de 25% plus élevé qu’en France, le pays constitue un des symboles de la mondialisation. La cité-Etat est un véritable aimant pour les français. Ils seraient environ 10000 à y vivre.

Des pays en croissance dans toute la région, la fièvre de l’entreprenariat, et sa petite taille lui permettent d’avoir la confiance des grands acteurs économiques et d’agir, de se développer rapidement dans tel ou tel secteur.

La moitié du tonnage mondial de pétrole passe par le détroit de Malacca.

Des immeubles ultra modernes sont érigés, digne des meilleurs films de science fictions, a l’image de Dubaï, Los Angeles ou Shanghai.

Il constitue un état confetti, un micro état très prospère, en 50 ans, il est devenu l’un des pays les plus développés du monde, il est à la quatrième place financière de la planète.

Partager l'articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn